lesbian-spankings logo
aventure sexuelle lesbienne

Première fois entre femmes

Juin 28, 2023 | Recit lesbien

Mélanie s’est assise en face de sa sœur, bouillonnant de colère mais contrôlant ses émotions pour ne pas ajouter aux pleurs hystériques. « Oh Mélanie ! Comment a-t-il pu ? Je pensais qu’il m’aimait ! » Christine a sangloté. « Je sais que cela a pris du temps pour que nous ayons un bébé. Mais maintenant que je suis enceinte, il décide de faire des bêtises ! Qu’est-ce que je vais faire ? »

« Ok calme-toi soeurette. Tu sais que ce n’est pas bon pour le bébé. Tout d’abord, tu es sûre que Jared te trompe ? » Mélanie a demandé. « C’est peut-être juste les hormones provoquées par ta grossesse ».

« Au début, je pensais que c’était juste mon imagination débordante mais quand j’ai commencé à voir comment il se comportait chaque fois qu’il recevait des textos ou des appels d’elle, j’en étais sûre. Je veux dire que si tu ne cachais rien, tu n’agirais pas de façon angoissée. »

« Très bien. Est-ce que nous savons qui elle est ? Où travaille-t-elle ou vit-elle ? »

« Tout ce que j’ai obtenu, c’est un nom lorsque j’ai jeté un coup d’œil à son téléphone portable pendant qu’il dormait. Elle s’appelle Valerie Summers. Attends… Que prévoyons-nous de faire ? Je vois cette lueur dans tes yeux et cela signifie que tu as prévu quelque chose. »

« Nous ne faisons rien. Tu vas juste rester calme et profiter de ta grossesse. Tu agiras normalement avec ton mari et tu seras la femme aimante que tu es. Laisse-moi juste tout faire. »

« Tu ne vas même pas me dire ce que tu comptes faire ? »

« Eh bien, c’est aussi simple que de la trouver, de la rencontrer, de la courtiser puis de la mettre au lit pour en mettre plein la vue à Jared. »

« Quoi ? Comment sais-tu qu’elle va tomber amoureuse de toi ? » Sa sœur a demandé.

« J’ai mes méthodes. On ne m’appelle pas ‘Le briseur de cœur’ pour rien. Maintenant, je dois y aller. À bientôt, soeurette. » Elle l’a embrassée sur le front en partant.

****

Mélanie était encore furieuse des heures après avoir quitté la maison de sa sœur alors qu’elle allait retrouver ses amies au bar local qu’elles fréquentaient chaque week-end. ‘Ugh ! C’est comme si un homme te promettait la lune et les étoiles et quand il t’a eue, il te jette comme une vieille chemise’. Elle a pensé avec colère. ‘Et qu’en est-il de la garce ? Ne sait-elle pas qu’elle détruit une famille?’. Elle a appuyé sur la pédale d’accélérateur en augmentant sa vitesse, canalisant sa fureur vers la voiture.

« Hé Mélanie ! Par ici ! » Beth lui a fait signe de se diriger vers le coin de la pièce. « Wow ! Tu es magnifique et dangereuse ce soir ma petite amie ! Qu’est-ce qui t’énerve ? »

« Je suis tellement énervée que je prévois de me venger ! » a-t-elle répondu en s’asseyant et en coiffant ses cheveux auburn.

« Ooh ! Et de qui allons-nous nous venger ? »

« Ce que je suis sur le point de te dire est strictement confidentiel et ne sort pas de nous deux. Compris ! Je ne veux pas que les autres le sachent ou trop de cuisiniers gâcheront le bouillon. »

« Hé ! Je suis ton ailier…. Aileur…. Ou est-ce que c’est wingperson ? »

« Peu importe ! Bref, ma sœur croit que son mari la trompe. Elle n’a pas d’autres informations sur l’autre femme que son nom. Je trouverai cette Valerie Summers, la rencontrerai, apprendrai à la connaître, la courtiserai, puis la mettrai au lit et le clouerai sur le visage de mon beau-frère pour lui montrer quelle salope à deux balles elle est vraiment. »

« Hokee ! Rappelle-moi de ne jamais me mettre sur ton mauvais côté. Je ne voudrais pas être à l’origine de ta colère. Alors comment allons-nous faire pour localiser cette salope de Valerie Summers ? »

« Je ne sais pas encore. J’y penserai à la première heure demain matin. » Elle a dit qu’elles ont vu leurs amies, Tina, Rachel et Naomi, à l’entrée et leur a fait signe de se rendre à leur table.

« Je suis contente que tu aies pu nous trouver une table, sinon nous aurions fini par rester debout. » Tina a dit à voix haute par-dessus la musique tonitruante. « Oh ! Au fait, j’ai amené avec moi une nouvelle amie du travail. Voici Valerie Summers. Valérie, voici Beth et Mélanie. »

Lorsque Mélanie s’est tournée vers la femme qui se tenait à côté de Tina, elle a tout simplement été frappée par la beauté qui se tenait devant elle. La femme faisait à peu près la même taille qu’elle, avait des cheveux bruns bouclés aux épaules et des yeux bruns fascinants. Il a fallu que Beth lui donne un coup de coude pour qu’elle réagisse à la présentation. « Oh ! Ummm….Hi Valerie ! Je m’appelle Mélanie. Ravie de te rencontrer. » Et avant que Valérie ne puisse répondre, Beth se lève de sa chaise et la lui offre pour s’asseoir à côté de Mélanie. « Tiens. Tu peux prendre mon siège. Je dois parler à Tina de notre barbecue du week-end prochain. »

« Je suis heureuse d’enfin te rencontrer Mélanie. Tina n’a cessé de parler de vous que j’ai l’impression de déjà vous connaître. »

« Eh bien j’espère que ce que tu as entendu est tout à fait positif à notre sujet ? »

« Tina m’a raconté toutes tes frasques depuis que vous étiez à l’université jusqu’à maintenant. Je n’arrive pas à croire que vous êtes toujours proches même après tout ce temps. » Valérie a souri en montrant ses fossettes.

‘Oh mon Dieu ! Ce n’est pas étonnant que Jared soit tombé amoureux d’elle. Elle est tellement belle.’ Mélanie a pensé en regardant le bleu profond de ses yeux et ses cheveux bruns bouclés. ‘Je veux juste qu’elle me regarde comme ça.’ Elle s’est ensuite grondée avec colère pour s’en tenir au plan.

« Eh bien, il est rare de trouver des gens qui sont loyaux de nos jours. » Mélanie a dit de façon un peu sarcastique, ce qui a fait que la brune lui a jeté un regard inquiet.

« Est-ce que tu vas bien ? Tu avais l’air un peu en colère pendant un moment. » Valérie a demandé à Mélanie étonnée de voir à quel point cette femme aux cheveux bruns était magnifique. Tout en elle semblait si parfait, de ses longs cheveux noirs ondulés à ses yeux vert émeraude.

« Umm… Oui, je le suis. Désolée, c’est juste un mauvais souvenir qui est revenu me hanter. » Elle sourit d’un air penaud. « Alors depuis combien de temps travailles-tu avec Tina ? »

« J’ai commencé il y a deux mois quand j’ai emménagé ici avec mon fils. » La brune a dit tristement.

« Hé ! Tu vas bien ? On dirait qu’un mauvais souvenir est revenu te hanter. » Mélanie a touché sa main doucement en frottant ses doigts dessus. Deux choses se produisaient lorsqu’elle faisait cela. Valérie a donné un léger frisson et Mélanie a senti une légère secousse dans ses reins. Oh génial ! Si toucher sa main me donne cette sensation, que se passera-t-il quand je pourrai toucher tout son corps ?! Elle s’est demandée.

Valérie secoue visiblement la tête. « Je vais bien. J’ai juste de bons et de mauvais souvenirs. Ne parlons pas de ça. Amusons-nous juste ce soir. » Elle n’arrive pas à croire qu’elle ait réagi de cette façon à un simple contact.

« Alors tu as un fils. Es-tu mariée ? » Elle a demandé à la brune.

« Umm… Non, je suis une mère célibataire. Mon fils a 2 ans. Il peut être éprouvant parfois mais il est ma vie. »

Les filles se sont amusées ce soir-là à parler, boire et danser. Valérie a dû partir vers 22 h car elle devait encore relever la baby-sitter. Elles l’ont invitée à leur barbecue du week-end prochain et à toute autre sortie que le groupe pourrait faire. Cela convenait parfaitement à Mélanie puisque cela lui laissera tout le temps de poursuivre ses projets. Mais elle a commencé à se demander si elle poursuivait vraiment ses plans ou si c’était Chloé elle-même.

« Eh bien, n’es-tu pas le chat qui a mangé le canari ! » Beth a donné un coup de coude à Mélanie en regardant Valerie quitter le bar. Pendant que Tina, Rachel et Naomi dansaient avec des gars.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » Mélanie a grogné en frottant l’endroit où Beth lui a donné un coup de coude.

« Eh bien, les dieux doivent te sourire parce que nous parlions justement de tu sais qui et voilà qu’on te l’apporte littéralement sur un plateau. Bien que je doive dire qu’elle ne m’a pas l’air d’être du genre maîtresse. Elle a l’air d’être plutôt terre à terre et gentille. »

« On ne peut pas décider avec une seule nuit de rencontre si elle est vraiment gentille et pas la vamp. Avec ce visage et ce corps ? »

« Je ne sais pas Mélanie, tu as l’air d’être très attachée à elle. J’espère que tu ne vas pas tomber sur la tête avec celle-là. J’ai eu de très bonnes vibrations avec Valérie. » Elle a prévenu.

« Nous verrons bien… » Malgré toute sa bravade, Mélanie ne peut s’empêcher de ressentir des émotions contradictoires à propos de Valerie.

***

Mélanie tapote ses doigts sur la table en attendant que Tina décroche sa ligne directe au bureau.

« Tina Sanders à l’appareil. Comment puis-je t’aider ? »

« Salut T ! C’est Mélanie. Je me demandais si tu pouvais me donner le numéro de Valérie ? »

« Salut Meg ! Ooh ! Je savais qu’il y avait quelque chose qui se tramait entre vous deux le week-end dernier ! Tu sais qu’elle a demandé de tes nouvelles après cette soirée. » dit Tina joyeusement.

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire par poser des questions sur moi ? Comme quel genre de questions ? » Elle a demandé avec méfiance.

« Oh tu sais….choses comme….. Si tu étais célibataire, si tu aimais les garçons, les filles ou les deux, quel est ton type…. ce genre de questions. » Elle a gloussé.

« Uh huh…. Et qu’as-tu répondu ? »

« Eh bien, j’ai dit que oui, tu étais célibataire et que tu aimais les filles. Et pour ce qui est de ton type, je ne saurais vraiment pas dire puisque tu sors avec différents types de l’espèce féminine. »

« Attends…. Tu es en train de me dire qu’elle craque pour moi ? N’a-t-elle pas un fils ? Alors ça fait d’elle une bi ? »

« Ok Mélanie, promets-moi que tu ne souffleras mot de tout cela à personne, d’accord ? »

« D’accord, je te le promets. Qu’est-ce que c’est ? »

« Valérie m’a dit en toute confiance qu’elle a été violée il y a trois ans. » Mélanie a haleté à voix haute. « Elle ne veut pas que son fils sache qu’il a été le produit d’une telle violence. Elle lui a dit que son père était mort dans un accident de voiture. »

« Oh mon Dieu ! » Mélanie a fermé les yeux en se frottant le front. En quelque sorte, elle pense qu’elle ne peut pas aller jusqu’au bout de ce qu’elle a prévu. ‘Je ne pense pas être sans cœur à ce point’. Elle s’est dit. ‘Peut-être que si je me lie d’amitié avec elle et que j’essaie de lui parler de Jared. De qui je me moque ? Je veux être plus que son amie.’ Des pensées qui tourbillonnent dans sa tête.

« En ce qui concerne son orientation, je ne saurais pas dire mais elle semblait plutôt intéressée par toi. Alors ça veut dire quelque chose, non ? Mélanie a juste… »

« Quoi ? » Elle réfléchit encore à une meilleure façon d’aborder Valerie.

« Sois gentille avec elle, elle semble fragile… pour moi en tout cas. » Tina a gentiment conseillé son amie. « Donc tu veux toujours son numéro ? »

« Oui, s’il te plaît. »

***

Mélanie ne fixait rien en particulier en attendant que le téléphone soit décroché.

« C’est Valerie Summers. Comment puis-je t’aider ? »

« Umm… Salut Valerie. Je suis Mélanie… une amie de Tina….. Nous nous sommes rencontrées le week-end dernier. Tu te souviens de moi ? »

« Oh salut Mélanie ! Bien sûr que je me souviens de toi. Qu’est-ce qu’il y a ? Tu cherches Tina ? »

« Non… Je veux dire… Non, je ne cherche pas Tina. J’ai appelé pour demander si tu étais d’accord pour dîner avec moi. »

« J’adorerais dîner avec toi. Quand ? »

« Oh… Ummm… Quand serait un bon jour pour toi ? »

« Eh bien… voyons voir… ça te convient de venir chez moi demain soir pour dîner avec mon fils Jacob ? Je fais ses lasagnes préférées. Je te garantis qu’elles te feront oublier ton nom. » Elle a taquiné.

« Je suis d’accord avec ça….À quelle heure dois-je venir ? Oh ! Et que veux-tu que j’apporte ? » J’aime le son de la voix joyeuse de la brune au téléphone.

« Que dirais-tu de vin rouge ? Jacob dîne tôt alors tu pourrais venir vers six heures. »

« Va pour du vin rouge. On se voit demain à six heures alors. »

« Je ne peux pas attendre. Au revoir Mélanie. »

« Moi aussi. Au revoir Valérie. » Elle ne semble pas pouvoir s’arrêter de sourire longtemps après la fin de la conversation téléphonique. « Peut-être que Beth a raison, je pourrais finir par tomber sur la tête ici. » Elle se murmure à elle-même.

***

À six heures moins dix, Mélanie se tenait devant la porte de la maison de Valérie. Elle se vérifiait pour voir si sa tenue, qui se composait d’un jean foncé bootleg, de chaussures à talons bas et d’une blouse boutonnée vert émeraude, était parfaite. ‘Pourquoi suis-je si nerveuse comme si c’était mon tout premier rendez-vous’. Elle s’est demandée. Secouant visiblement la tête, elle a pris une grande inspiration et a sonné la cloche.

« Maman ! Maman ! Ouvre la porte ! » Mélanie a entendu une voix d’enfant exubérante de l’intérieur.

La porte s’ouvre sur Valérie qui regarde son fils en lui parlant. « Très bien, mon garçon ! Vas-y doucement ou tu risques de faire fuir l’invité avec ton enthousiasme. » Elle se tourne vers Mélanie et elles ont toutes deux poussé un léger soupir en se voyant. Valérie portait une robe d’été qui collait à tous les bons endroits.

« Umm… Salut… Euh … tu es superbe ! » Mélanie a fait un compliment en passant la bouteille de vin rouge à son hôte.

« Toi aussi ! J’adore la façon dont le chemisier fait ressortir la couleur de tes yeux. » Valerie a dit timidement. « S’il te plaît, entre dans notre humble demeure. »

Lorsque Mélanie entre, elle voit un petit garçon debout à côté du canapé qui la regarde avec curiosité. « Oh ! Et ce jeune homme fringant est mon fils Jacob. Peux-tu dire bonjour à notre invité, Jacob ? » Valérie demande au garçon alors qu’il s’approche lentement et se tient devant Mélanie.

« Bonjour Jacob. Je m’appelle Mélanie. » Elle s’agenouille pour être au niveau des yeux de l’enfant.

Jacob tend la main pour toucher Mélanie au visage. « Pwetty Mélanie ! » Il lui fait un grand sourire à fossettes qui ressemble tellement à sa mère qu’elle est tombée amoureuse du garçon.

« Oui, elle est jolie. » chuchote la voix derrière elle.

« Alors qui veut des lasagnes ? » demande Valrie en espérant que Mélanie n’ait pas entendu ses mots chuchotés.

« Moi ! Moi ! Mon pwetty Mélanie ! Mange ! » Elle a attrapé sa main et l’a tirée vers la petite table à manger ronde. Jacob s’est assis entre les deux adultes en souriant à son excitation puis l’un à l’autre pendant qu’ils mangeaient leur dîner.

Après le dîner, Valérie a emmené le garçon dans sa chambre pour le préparer à aller au lit pendant que Mélanie s’asseyait sur le canapé pour boire le vin. « Il dort ? » a-t-elle demandé lorsque Valérie s’est assise à côté d’elle en prenant son verre sur la table puis en lui faisant face avec son bras droit sur le dossier du canapé.

« Oui, il a eu une journée bien remplie », a-t-elle dit en prenant une gorgée de sa boisson et en regardant son invité du bord de son verre.

« Tu as un fils adorable. Il te ressemble tellement. »

« Merci beaucoup. Je vais prendre cela comme un compliment. »

« Tu sais que tu as raison, tu fais de très bonnes lasagnes. Je suis contente que tu m’aies invitée à dîner. » en posant le côté de sa tête à l’arrière du canapé, faisant tomber une mèche de cheveux en avant.

« Eh bien, je suis contente que tu m’aies appelée pour dîner. » Valérie s’est approchée et a déplacé la mèche de cheveux tombée derrière l’oreille de Mélanie, la faisant légèrement sursauter. Puis, comme si elle réalisait ce qu’elle venait de faire, elle retire sa main.

« Umm….Je ne sais pas comment m’y prendre… mais tu sais que je suis totalement attirée par les filles, n’est-ce pas ? » Elle demande directement à Valérie.

« Euh ouais…. J’ai demandé à Tina de te parler après le week-end dernier. J’espère que ça ne te dérange pas ? »

« Non, ça ne me dérange pas. J’ai juste… Et toi ? Tu aimes les filles aussi ou tu es bi depuis que tu as un enfant ? »

« Je n’ai jamais été bi… J’aime aussi beaucoup les filles. Quant à Jacob, je ne l’annonce pas vraiment mais j’ai été violée il y a trois ans… » Elle arrête les larmes qui se forment dans ses yeux en se rappelant l’événement horrible.

Voyant cela, Mélanie la prend dans ses bras dans l’espoir de soulager la douleur clairement visible dans les yeux de la brune. « Hey c’mere ! C’est bon. Je suis désolée que cela ait dû t’arriver. » Frottant le dos de Valérie avec sa main droite tout en berçant sa tête avec sa main gauche. Mélanie, tout en serrant la brune contre elle, décide qu’elle ne peut tout simplement pas suivre son plan initial et infliger plus de douleur à la personne pour laquelle elle craque lentement.

Après quelques minutes, Valérie se retire à contrecœur, ne voulant pas perdre la sensation de ces bras autour d’elle. « Je suis désolée pour ça. Je pensais que c’était fini. » Elle s’essuie les yeux.

« C’est bon. Ça m’a donné l’excuse de te tenir dans mes bras. » Elle taquine en essuyant l’humidité des joues de Valérie. Elle se noie dans ces yeux bruns pleins d’âme.

« Il se fait tard. Je pense que je devrais y aller. » dit Mélanie en se levant lentement. Valérie se lève également et l’accompagne vers la porte. Alors qu’elles approchent de la porte, Mélanie se retourne et demande. « Ummm…. Puisque tu m’as donné à manger ce soir, est-ce que je peux apporter le dîner ici vendredi à la même heure ? Si tu n’as pas d’autres projets, bien sûr. »

« Oui…. Je veux dire…. Oui, ce serait bien. » Elle dit avec un grand sourire sur le visage.

« C’est un rendez-vous alors ! » Mélanie rayonne en se retournant et en se dirigeant vers sa voiture.

***

Au cours des deux mois suivants, ils sont tombés dans un schéma confortable de dîner en famille chez Valérie deux à trois fois par semaine et de pique-niques les week-ends. Jacob adorait Mélanie et savourait l’attention qu’il recevait des deux femmes. Si Mélanie n’était pas là, il la cherchait toujours et quand elle l’était, il s’assurait toujours d’être près des deux femmes. C’était un samedi en fin d’après-midi et Tina est venue avec son fils Matthew chercher Jacob pour qu’il aille au zoo et passe la nuit chez eux. Valérie et Mélanie étaient assises sur le canapé lorsque Jacob s’est lancé entre elles en les serrant toutes les deux dans ses bras avant de partir.

« Au revoir maman ! On se voit demain. » En embrassant Valérie sur les lèvres. « Au revoir Bébé ! Sois sage pour Tata Tina. »

Il se tourne vers Mélanie et l’embrasse également sur les lèvres. « Au revoir maman Mélanie ! À demain. » Les trois adultes ont haleté. « Umm… Bye Sport ! Tu me manques déjà. » Mélanie a répondu doucement ne sachant pas comment Valérie va prendre ce que son fils vient de dire.

« Eh bien comme on dit de la bouche des enfants. Au moins, il sait ce qu’il veut et le dit. Ce qui est plus que ce que je peux dire de certaines personnes que je connais. » Tina s’adresse aux deux femmes dans le canapé. « Eh bien, allons-y les enfants, prenons la route ! » Alors qu’elle et les deux garçons partent.

« Umm… Je suis désolée pour ça… Je parlerai à Jacob demain quand il rentrera. » dit Valérie en regardant partout sauf Mélanie.

Elle a attrapé la main de Valérie et a attendu qu’elle la regarde. « Hé ! C’est bon, vraiment….. A moins que tu ne sois pas à l’aise avec ça, je comprends parfaitement. »

Baissant les yeux sur leurs mains. « Ce n’est pas ça…. C’est juste que… »

« Quoi ? Qu’est-ce que c’est ? » Resserrant sa prise sur la main de la brune.

Levant les yeux. « Qu’est-ce qui nous arrive ? ….. Je veux dire…. Que sommes-nous ? »

« Que veux-tu que nous soyons ? » Mélanie demande en espérant que Valérie veut la même chose qu’elle.

En liant leurs doigts ensemble, elle continue de regarder Mélanie et prend une profonde inspiration. « Je veux que nous soyons plus. Je veux tellement que nous soyons un couple. » En espérant qu’elle ne se prépare pas à un chagrin d’amour si la fille aux cheveux noirs ne veut pas la même chose. Elle retient son souffle en attendant une réponse.

Mélanie lève sa main et frotte doucement le dos de celle-ci sur le visage de Valérie. « Je le veux aussi. J’en ai envie depuis la fois où tu m’as demandé de dîner ici et où je t’ai tenu dans mes bras pour la première fois. » Elle a dit huskily comme elle a tiré la brune vers elle pour un câlin. Enfouissant son visage dans son cou, ses lèvres touchent légèrement la peau et la font respirer. « Tu sens si bon. »

« Tu te sens si bien. Je ne pense pas vouloir te lâcher. » Elle soupire en fermant les yeux.

Après quelques minutes, Mélanie retire son visage du cou de Valérie et embrasse son front. « Tu veux sortir dîner et voir un film ? »

« Non. Je préfère qu’on dîne et qu’on regarde un DVD ici. Est-ce que ça te va ? »

« Plus que d’accord ». Elle a souri.

Après un dîner simple, ils sont retournés dans le salon. Mélanie était allongée sur le côté face à la télé pendant que Valérie installait le lecteur DVD. Lorsque le film a commencé, Valérie s’est dirigée vers le canapé et Mélanie se soulevait pour faire de la place lorsque la brune l’a arrêtée. « Non, reste où tu es, s’il te plaît ».

« Et toi ? Où seras-tu ? » Et dès qu’elle a demandé, Valérie s’est allongée dans le canapé, poussant Mélanie à l’arrière, attrapant son bras droit et le tirant vers le bas sur son torse pour qu’il repose juste en dessous de sa poitrine avec sa main sur la fille aux cheveux noirs.

« Ici avec toi bien sûr. Où pourrais-je être sinon ? » Elle te taquine en donnant ce sourire à fossettes.

« Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. » Mélanie dit doucement en l’attirant plus près d’elle et en l’embrassant à l’arrière de son cou, sentant Valérie frissonner.

La dernière chose dont Mélanie se souvient est d’avoir mis sa tête entre les épaules de Valérie pendant qu’elles regardaient le film et qu’elle s’endormait. Elle ouvre lentement les yeux et voit Valérie lui faire face et la regarder avec le regard le plus aimant et le plus serein qui soit, ce qui lui coupe le souffle.

« Salut. » Elle chuchote.

« Salut toi aussi. » Chuchote Valérie en traçant le visage de Mélanie avec ses doigts.

« Désolée de m’être endormie sur toi. Quelle heure est-il ? » Aimant la sensation des doigts de la brune sur son visage.

« Un peu plus de dix heures. »

« Il se fait tard, je pense que je devrais y aller. » Elle a dit à contrecœur ne voulant pas partir.

« As-tu… Umm… Veux-tu rester la nuit ? » Valérie a demandé en hésitant.

« J’adorerais. Mais es-tu sûre ? Tu as dit une fois que personne ne t’avait touché de cette façon depuis que tu sais… »

« Je suis sûre. Je… Je veux que tu sois mon premier….. Pour enlever la laideur et me rendre ce sentiment d’amour. » Elle dit avec émotion que des larmes scintillent dans ses yeux.

Mélanie rapproche sa tête et embrasse timidement la brune en traçant ses lèvres avec la pointe de sa langue. Leurs baisers sont devenus plus passionnés avec des tounges en duel comme si elles ne pouvaient pas se rassasier l’une de l’autre. Mélanie rompt le baiser en respirant profondément.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » Valérie demande avec inquiétude.

« Rien ne va, chérie. Je veux juste amener cela dans la chambre et le faire correctement pour ta première fois. Viens. » Elle se lève en tendant la main pour que Valérie la prenne et la conduise dans la chambre.

Elles se sont tenues à côté du lit en retirant lentement leurs vêtements et alors qu’elles regardaient toutes les deux leur nudité, Mélanie a été la première à le dire. « Tu es si belle ». Elle a dit avec adoration. « Toi aussi ». Valérie a répondu timidement. Elles se sont déplacées au centre du lit, Mélanie sur le dessus se positionnant entre les jambes de Valérie. Elles ont toutes deux soupiré lorsque leurs corps nus se sont touchés pour la première fois, alignés de la poitrine à la chatte. Mélanie a frotté lentement sa chatte contre celle de Valérie en appréciant la sensation abrasive de leurs poils pubiens ensemble tandis qu’elle l’embrassait des lèvres, du cou et de ses seins. Elle prend un sein et le suce complètement dans sa bouche pendant que sa langue roule autour du mamelon turgescent et fait la même chose avec l’autre. Valérie soulève sa poitrine vers sa bouche en gémissant.

« Oh mon Dieu ! C’est si bon bébé ! » Mélanie relâche le sein et embrasse tendrement son ventre en léchant le nombril puis plus bas en écartant les jambes de Valérie et en regardant pour la première fois la chatte de son amante lesbienne. « Mon Dieu Valérie ! Tu es si belle. » Elle touche les plis avec révérence en regardant la brune qui se redresse au toucher et lorsque leurs yeux se rencontrent, elle descend lentement, sans rompre le contact visuel, et fait littéralement l’amour avec la chatte de Valérie, léchant et suçant ses plis et son clitoris.

« Oh !…Dieu !….. Uugghh….. C’est ça juste là bébé ! Ne t’arrête pas…. Ne t’arrête pas ! » Elle attrape la tête de Mélanie et la pousse dans sa chatte pendant qu’elle se frotte à son visage. Mélanie enfonce sa langue dans Valérie en la faisant tourner et en léchant les parois chaudes et humides. « Oui ! Oui ! Oh mon Dieu ! Je jouis ! Aaauugghh ! » Tout son corps est épuisé et légèrement agité par les conséquences de son orgasme.

Mélanie remonte jusqu’à Valérie en l’embrassant et en lui faisant goûter son jus sur ses lèvres. « Tu vas bien, bébé ? » Elle a demandé à la brune en brossant affectueusement ses cheveux loin de son visage et de son cou. Les mots ne pouvaient pas décrire ce que Chloé ressentait alors elle a décidé de montrer à son amante à quel point elle allait bien. Elle l’a repoussée sur le lit et s’est installée sur elle pour faire l’amour à Mélanie en la faisant gémir et même crier. Elles ont continué jusqu’au bout de la nuit et se sont retrouvées toutes les deux face à face sur le côté, les mains dans la chatte de l’autre, se faisant jouir ensemble. Elles se sont endormies en se serrant l’une contre l’autre, Mélanie derrière Valérie, le visage enfoui dans ses cheveux bouclés.

***

Mélanie se réveille lentement et s’étire en cherchant le corps de Valérie mais elle n’est pas là. Elle ouvre les yeux pour regarder autour de la pièce et c’est alors qu’elle entend des voix venant du salon. Se demandant qui était le visiteur, elle se lève pour mettre ses vêtements de la nuit dernière et s’aventure dehors. En entrant dans le salon, elle voit Jared, Christine et Valerie, et ressentant la tension dans la pièce, elle savait d’une certaine façon que quelque chose allait horriblement mal.

« Mon Dieu Mélanie ! Tu l’as vraiment fait ? Tu ne pouvais même pas me parler d’abord avant de faire quelque chose d’aussi stupide ?! Valérie est ma demi-soeur ! Nous avons le même père ! Elle n’a découvert mon existence qu’après la mort de sa mère et elle a pris contact avec moi il y a quatre mois. Je lui ai demandé de venir ici pour que nous puissions apprendre à nous connaître puisque nous sommes les seuls qui restent dans notre famille ! Ensuite, j’ai appris par Christine ce qu’elle pensait et ce que vous aviez prévu de faire ! Vous êtes tous les deux fous ?!? » dit Jared en colère.

« Mélanie, je suis vraiment désolée… Je… » Christine a commencé avec des larmes roulant sur son visage.

Mais Mélanie n’entendait ni ne voyait sa sœur et son beau-frère. Tout ce qu’elle voyait, c’était Valérie qui la regardait avec tant de douleur et de souffrance sur son beau visage. « Tu as pensé ça de moi ? » Il n’y avait même pas un fil de colère dans sa voix, juste de la peine, tellement de peine. « Tu pensais que j’étais une… Une pute à qui tu devais donner une leçon pour pouvoir la jeter au visage de ton beau-frère ? » Les bras de son visage pâle se sont enroulés autour de son milieu pour éviter toute autre douleur.

« Attends ! Laisse-moi t’expliquer Valérie. S’il te plaît ! » Peur et panique dans sa voix alors qu’elle s’approche de Valérie.

Jared attrape la main de Christine alors qu’ils se dirigent vers la porte. « Écoute, c’est mieux si nous vous laissons toutes les deux seules pour parler de tout ça. Christine et moi avons besoin de faire la même chose. »

Alors que Mélanie essaie de tendre la main pour toucher Valérie, elle fait un pas en arrière. Mélanie ferme les yeux devant la douleur du rejet. ‘Comment tout ce qui est si bien a pu aller si mal si vite ? J’aurais dû parler à Valérie avant tout ça.’ Elle se dit.

La tête de Valérie était penchée vers le bas, ses yeux fixant le sol dans le vide. « Il y a trois ans, j’ai été violée par quelqu’un que je croyais être mon ami. Il a admis m’aimer et en vouloir plus mais je lui ai dit que j’aimais les filles. Je suppose que ça ne lui a pas plu car il a décidé de me donner une leçon et a fait ce qu’il a fait. En me quittant, il m’a dit que je devais le remercier de m’avoir appris ce que c’était d’être avec un homme. » Sa voix était dénuée de toute émotion. « Puis tu arrives en pensant que je suis une salope briseuse de ménage qui a besoin d’une leçon. Mon Dieu ! Qu’est-ce qui se passe avec moi ? »

« Valérie, s’il te plaît… Parlons-en. » Mélanie a supplié.

« Pour quoi faire ? Tu as obtenu ce que tu voulais. Tu m’as donné une leçon pour ne faire confiance à personne. » Valérie se dirige vers sa porte et l’ouvre. « S’il te plaît, pars Mélanie. Je n’ai rien d’autre à te dire. » Elle ne regarde toujours pas Mélanie.

Luttant contre ses larmes, Mélanie sort en claquant la porte derrière elle de façon définitive. En montant dans sa voiture, elle a laissé échapper un sanglot brisé et a pleuré à chaudes larmes, la tête sur le volant.

***

Cela fait plus d’un mois et les choses ne se sont pas arrangées entre Mélanie et Valérie. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de sa part, elle avait essayé d’appeler et de laisser des messages, mais en vain. Elle était pourtant heureuse que sa sœur et son beau-frère aient arrangé les choses dans leur relation, surtout avec la naissance de son neveu, mais elle ne peut s’empêcher de se sentir un peu jalouse de ne pas pouvoir le faire avec elle et Valérie. La sonnerie du téléphone la fait sortir de ses rêveries.

« Salut. »

« Salut soeurette ! Je peux te demander une énorme faveur ? »

« Qu’est-ce que c’est, Christine ? »

« Je peux t’emprunter ton grill pour ce soir ? Nous faisons un barbecue chez nous et tu es la bienvenue. La monstruosité du grill de Jared ne fonctionne pas et nous avons déjà préparé la nourriture. »

« Très bien, j’arrive dans quelques minutes », soupire-t-elle en décidant d’arrêter son apitoiement et de profiter d’une soirée en famille.

« Super ! Merci ! Je dirai à Jared de préparer une autre assiette. On se voit tout à l’heure. »

Alors que Mélanie se gare en face de la maison de sa sœur, elle halète en voyant la voiture de Valérie garée devant. Je vais tuer Christine ! pense-t-elle en réalisant ce que sa sœur essaie de faire. Elle secoue la tête et prend une grande inspiration. ‘Ok Mélanie, va sonner à la porte donne le grill et rentre chez toi.’ Se dit-elle en sortant de la voiture.

« Jared chéri, tu peux aller ouvrir la porte ? » Christine crie de l’intérieur de la maison alors que Mélanie sonne à la porte.

« Salut Mélanie ! Je suis vraiment désolée pour l’emprunt de dernière minute. Entre. Christine est dans l’arrière-cour. Laisse-moi t’aider avec ça. » Jared soulage Mélanie du grill.

« Umm… Non Jared… Je suis désolée mais je ne me joindrai pas à toi et je pense que tu sais pourquoi. Dis simplement à Christine de rendre le griller quand elle le voudra. Je n’ai pas vraiment l’occasion de l’utiliser. »

« Mélanie, s’il te plaît, ne sois pas en colère contre ta sœur. Elle pense qu’elle est à blâmer pour ce qui est arrivé à Valérie et toi. Elle veut juste arranger les choses. »

« Christine veut réparer les choses mais pas Valérie. Cela a été très clair pour moi avec tous mes appels téléphoniques et messages sans réponse depuis un mois. Restons-en là, Jared. » Des larmes se forment dans ses yeux. « Écoute, je dois y aller. Embrasse Christine et mon enfant chéri pour moi, veux-tu ? »

« D’accord Mélanie » soupire Jared.

Alors que Mélanie traverse la rue pour se rendre à sa voiture, elle entend la voix excitée de Jacob qui l’appelle. « Maman Mélanie ! Maman Mélanie ! » Crie Jacob.

« Jacob ! Non ! » Jared crie. Mélanie se retourne et voit Jacob courir vers elle et une voiture arrivant de la droite et roulant vite dans un virage. Instinctivement, elle court vers le garçon et le pousse hors du chemin du véhicule qui arrive en sens inverse puis le noir total l’enveloppe.

Mélanie se réveille dans un lit d’hôpital avec Christine qui tient sa main indemne en pleurant et Jared debout près de la fenêtre qui regarde dehors. « Que… Que s’est-il passé ? » Elle demande d’une voix rauque.

« Jared ! Elle est réveillée ! » Christine appelle son mari. « Oh chérie ! Tu nous as fait tellement peur ! » Elle brosse doucement les cheveux de sa sœur en faisant attention de ne pas toucher l’hématome sur sa tempe.

« Salut Mélanie. Tu as été percutée par la voiture quand tu as poussé Jacob hors du chemin. Je te jure que j’ai cru que j’allais avoir une crise cardiaque quand je l’ai vu arriver. » Jared était encore visiblement secoué. « Le médecin a dit que tu avais eu beaucoup de chance. Tu n’as eu qu’un bras et une jambe cassés. Cela aurait pu être pire étant donné l’impact. »

« Et pour Jacob ? Comment va-t-il ? » Mélanie a demandé.

« Il est dans une autre pièce et on s’occupe de lui pour les contusions qu’il a eues sur le front. Le médecin dit qu’il va s’en sortir. » a répondu Christine.

Jared touche doucement l’épaule de Mélanie. « Écoute Mélanie, je sais que nous n’avons pas vraiment parlé de tout ça toi et moi….. Mais je voulais te dire que je suis vraiment désolé pour ce qui s’est passé entre toi et ma sœur. Oui, au début, j’étais en colère contre toi pour l’avoir blessée mais en voyant la façon dont tu as été ces derniers mois, je me suis rendu compte que tu souffrais aussi. J’aimerais pouvoir arranger les choses pour vous deux car il est si évident que vous vous aimez. »

Des larmes coulent des yeux de Mélanie. « Oh Jared ! Je l’aime tellement ! Cela a peut-être commencé comme un plan stupide, mais dès la première fois que je l’ai rencontrée et que je l’ai tenue dans mes bras, j’avais déjà décidé que je n’irais pas jusqu’au bout avec elle….. Je ne pouvais tout simplement pas le faire. Mon Dieu ! Je suis tellement stupide et ce n’est la faute de personne d’autre que la mienne…. J’ai rencontré la plus belle personne et je l’ai perdue ! » Elle a sangloté bruyamment.

« Hé ! Hé ! Viens maintenant soeurette. » Christine essuie les larmes sur le visage de Mélanie. « Repose-toi maintenant, d’accord. Le docteur dit que tu peux rentrer chez toi demain. Alors nous viendrons te chercher, nous te ramènerons à la maison et je m’occuperai de toi pendant que tu iras mieux. Évidemment, tu ne pourras pas le faire avec ton bras et ta jambe dans le plâtre. » Jared et Christine l’embrassent tous les deux sur le front pour lui dire au revoir. Personne ne remarque que la porte de la chambre qui était légèrement ouverte s’est refermée doucement. Lorsque Jared et Christine sont sortis de la pièce, ils ont tous deux été surpris de trouver Valérie debout près de la porte, des larmes coulant sur son visage.

« Je dois vous parler à tous les deux. J’ai besoin de votre aide. » Valerie a dit avec de la détermination sur son visage.

***

Il était tard dans l’après-midi lorsqu’elles sont arrivées chez elle en provenance de l’hôpital. Christine l’a aidée à se coucher et lui a dit de dormir un peu pendant qu’elle faisait quelques courses et qu’elle revenait pour lui préparer le dîner.

« Alors, tu veux quelque chose de spécial pour le dîner ? » demande Christine.

« J’ai une envie folle de lasagnes ». Mélanie a répondu avec un petit sourire.

« Très bien alors ! Va pour les lasagnes ! Maintenant, va te reposer ! » Christine fait signe de la main.

Lorsque Mélanie s’est réveillée, sa chambre était sombre, à l’exception de la lumière provenant de sa fenêtre. En regardant vers sa porte, elle a vu Jacob debout juste à l’extérieur qui la regardait tranquillement.

« Maman Mélanie, tu es réveillée ? » demande doucement Jacob.

« Salut sport. Oui, je suis réveillée. Est-ce que tu vas bien ? » Mélanie a demandé alors que le garçon s’approchait de son lit en appuyant son corps sur le matelas.

« Je vais bien. Je me sens bien, je t’ai embrassée. Le menton du garçon a tremblé alors que des larmes ont commencé à couler dans ses yeux.

Avec le bon bras de Mélanie, elle a soulevé le garçon vers elle et l’a serré dans ses bras alors qu’ils s’allongeaient sur le lit. « Oh bébé non ! Tu ne m’as pas fait mal… Ssshhh… C’est bon… Je vais bien. » Elle a reniflé en aimant la sensation du corps chaud du garçon près d’elle alors qu’elle lui frottait le dos en le réconfortant.

« Bébé, je t’ai dit de ne pas déranger Maman Mélanie, elle a besoin de se reposer. » Valérie a réprimandé le garçon en allant vers le lit et en s’asseyant sur le côté du lit.

« Ne la réveille pas maman. Elle était réveillée. Comment va maman Mélanie ? Le garçon a demandé en la serrant toujours très fort dans ses bras.

Il était encore tout étonné que Valérie soit là et qu’elle l’appelle « Maman Mélanie », ce qui faisait battre son cœur à tout rompre. « Umm… Non, il ne m’a pas réveillée. J’étais déjà réveillée quand il est entré. » Essayant de voir le visage de Valérie dans la pièce semi-obscure.

« Oh ! Je suis content alors parce que je voulais que tu te reposes avant le dîner. J’ai préparé des lasagnes pour nous. Elles seront prêtes dans quelques minutes environ. »

« Umm…Valérie je ne sais pas pourquoi tu es là mais je veux juste te faire savoir que… » S’arrête au milieu de sa phrase lorsque Valérie place son doigt sur les lèvres de Mélanie.

« Tu n’as pas besoin d’expliquer… J’ai entendu ce que tu as dit à Jared et Christine à l’hôpital. Tu pensais tout ce que tu as dit ? » Demande Valérie avec espoir, les yeux brillants de larmes.

« Chaque foutu mot ! Et je le jure sur tout ce qui m’est cher ! » Mélanie a dit avec des larmes de conviction dans les yeux également.

« Mon Dieu ! J’ai tellement envie de te serrer dans mes bras en ce moment mais j’ai peur de te faire mal. » De la frustration dans la voix de Valérie.

« Je préfère ressentir la douleur physique que la douleur de ne pas te sentir dans mes bras. » Mélanie a répondu avec la même frustration.

« Maman en cuillère ! Comme nous le faisons dans mon lit ! Fais une cuillère à maman Mélanie ! » a ajouté Jacob. Les deux adultes ont oublié la présence de l’enfant pendant un instant.

« De la bouche des enfants ! » Ils ont tous deux dit à l’unisson et ont ri. Valérie les a rejoints dans le lit en prenant Mélanie par derrière, la serrant fort et enfouissant son visage dans son cou. Mélanie a poussé un gros soupir en frissonnant, adorant la sensation du corps de Valérie derrière elle.

« Mon Dieu ! Tu m’as tellement manqué Valérie ! Je t’aime de tout mon cœur ! » Mélanie a crié.

« Je t’aime aussi Mélanie ! »

« Moi aussi ! Moi aussi ! J’aime mes mamans ! » Jacob s’est assis et a regardé les deux femmes en leur donnant son célèbre sourire à fossettes. Les deux femmes ont éclaté de rire. « Maman, je veux un petit garçon ! » Le garçon a demandé.

« Demande à maman Mélanie ton petit frère ». Valérie a dit à l’enfant de surprendre Mélanie.

« Tu es sérieuse ? » Elle a tourné la tête pour regarder la brune pendant qu’elle demandait.

« Est-ce que tu veux ? » a demandé la brune en frottant doucement le ventre de Mélanie.

« J’adorerais mais seulement si tu es avec moi ». Elle a répondu.

« Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. » Valérie a chuchoté avec amour en rapprochant sa tête et en embrassant Mélanie avec tout l’amour qu’elle ressentait.

D’autres histoires coquines à lire :

Un bar à lesbiennes

Un bar à lesbiennes

C'était difficile de se lever si tôt, mais le bar avait encore changé de mains et le nouveau propriétaire voulait rencontrer tout le monde ce matin. Régine n'avait pas vu de 9 heures du matin depuis un mois de dimanche, mais elle s'est quand même traînée pour se...

Saint Valentin lesbienne et coquine

Saint Valentin lesbienne et coquine

C'est la nuit de la Saint-Valentin. Je devrais sortir avec un beau gosse, un beau gosse qui m'emmènerait dans ce petit restaurant italien que j'aime bien et qui nous achèterait une bouteille hors de prix de très bon Cabernet Sauvignon pour que je puisse me faire...

Coquine rousse dévergonde milf bisexuelle

Coquine rousse dévergonde milf bisexuelle

Laurie avait la journée pour elle toute seule. C'était le premier jour depuis longtemps où elle avait le contrôle total de ce qu'elle voulait et pouvait faire. Son mari aimant connaissait les signes de stress et pouvait dire que Laurie était au point de rupture. Steve...

Frangine aussi salope que possible

Frangine aussi salope que possible

C'était une journée de juillet étouffante lorsque je suis sortie du taxi ; Ali aurait adoré ça. Cependant, en entrant dans la synagogue, je me suis dit à quel point elle aurait détesté cela. Ali méprisait toute religion - je voulais lui offrir des funérailles...

Me forcer à lécher ta chatte

Me forcer à lécher ta chatte

"Tu m'as sentie, mon amour ? As-tu senti mes bras autour de toi la nuit alors que mes lèvres se fondaient dans les tiennes, ma langue cherchant ? M'as-tu senti embrasser tes larmes ou m'as-tu entendu murmurer contre ton oreille mes mots d'un amour qui te garderait en...

Lesbienne sexy à lécher

Lesbienne sexy à lécher

Carole pouvait voir clairement l'entrejambe de la nana, assise à une petite table dans le magasin de glaces où elle dégustait un sundae au caramel. La fille était peut-être à un mètre cinquante de là, assise et parlant avec une autre nana. Carole connaissait un peu la...

© 2019 - 2024